Menu

Découvrez notre cuvée

Le Bout du Monde
Un voyage à l’intérieur nord-ouest : de Wellington à Dubbo. 11 août 1874 - Domaine Serisier - Grands Vins de Bordeaux
1814
post-template-default,single,single-post,postid-1814,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.6, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,side_menu_slide_with_content,width_470,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive

Un voyage à l’intérieur nord-ouest : de Wellington à Dubbo. 11 août 1874

Un voyage à l’intérieur nord-ouest : de Wellington à Dubbo. 11 août 1874

(par le correspondant spécial ).

A 17 kilomètres de Dubbo, nous sommes arrivés au célèbre vignoble d’Emulga, propriété de M. Serisier, la plus étendue au nord-ouest, et possédant les plus grandes caves de la colonie, excepté celles de Fallon, à Albury. Le domaine d’Emulga consiste en 4000 acres de terre, dont 1000 sont achetées et le reste loué. Il borde la route de Wellington sur 2 kilomètres, et s’étend en arrière sur 3,5 kilomètres. Le sol est principalement une formation volcanique qui varie du rouge le plus intense au chocolat et au noir, ou bien un dépôt alluvial dans la vallée Emulga. Le point le plus haut du domaine est indiqué sur la carte par « colline d’Emulga », 120 pieds au-dessus de Dubbo. De cette colline nous surplombons la campagne dans un périmètre de 80 à 100 kilomètres. Le vignoble est sur le côté est de la colline et aboutit dans la vallée, à travers laquelle coule un vif ruisseau. Le propriétaire de ce beau domaine est M. Serisier, un gentleman réputé à travers les districts de l’ouest pour son énergie inépuisable et son succès dans cette entreprise et bien d’autres. La formation de ce domaine à Emulga a rencontré son lot de malchance et de déceptions, comme pour tous ceux qui prennent de l’expérience. Des saisons défavorables, la rareté de la main d’œuvre requise, l’échec dans la fabrication de tel ou tel vin par exemple. Je n’ai pas besoin de dire que beaucoup d’énergie, d’efforts et d’enthousiasme sont nécessaires pour mener à bien une telle entreprise.

 

Le vignoble d’Emulga est maintenant sans conteste un grand succès. La surface du sol est de 40 acres. Les rangées sont formées en ligne nord-sud. Les différentes divisions de la vigne consistent en 10 variétés : les principales sont le Riesling, le Bourgogne, l’Hermitage, le Muscat, le Shiraz, le Madère et le Verdeilho. En tout , il y a plus de 50 000 vignes plantées et, sauf pour le Verdeilho, toutes sont resplendissantes et remarquablement saines. Le vignoble est drainé naturellement et artificiellement. A travers la vigne est aménagée une allée de 30 pieds de large, dont 12 pieds sont pavés et accueillent un tramway qui mène aux caves. J’ai entendu dire que pendant les vendanges, les animaux attelés aux chariots le long du tramway portent des clochettes à leur harnais, afin que les vendangeurs puissent vider leurs paniers au fur et à mesure que les chariots passent.

 

Les caves valent le détour. Le bâtiment, immense, fait 160 pieds de long et 35 de large. Depuis ma visite, M. Serisier envisage d’ajouter 60 pieds à cette cave. Comme je l’appris au détour d’une discussion sur le sujet, les caves de Fallon à Albury font 170 pieds sur 66. La presse à vin à Emulga est de première qualité et regroupe toutes les dernières améliorations. Elle est faite de bois dur et de cèdre et est actionnée par une visse de 5 pouces. Il y a également une presse plus petite attachée à la machine qui sépare les grains des tiges. Bien entendu, la cave contient des cuves immenses de 1000 gallons chacune, et empilés dans la réserve, on trouve quantité de fûts de vin. M. Serisier stocke déjà plus de 11 000 gallons de vin issus des récoltes des trois ou quatre années précédentes. Les connaisseurs disent beaucoup de bien des vins d’Emulga.

contact@aumweb.fr
No Comments

Post a Comment